CSC Generalate
Maison générale    
Congregation of Holy Cross
Roma,
Home. About  us. Mission. Events. Biog. Moreau. Contact Us. Map/Carte. Lodging in Rome.





About  us

Basile Anthony Moreau (1799-1873)


Beginnings

Basile Moreau was born on February 11, 1799, in Laigné-en-Belin, a small French village south of Le Mans.  He was the ninth in a family of fourteen children, three of whom died at an early age.  Basile’s father, Louis Moreau, and his mother, Louise Pioger, were farmers.  Louis Moreau was also a wholesale wine merchant.  


The pastor of Laigné-en Belin recognized quickly the signs of a priestly vocation in the young boy and encouraged him to pursue studies that would lead him to the priesthood.  Basile began his studies in 1814 at the seminary college of Château-Gontier and in 1817 at the diocesan seminary of Le Mans.   He was ordained to the priesthood at the age of 22 on August 12, 1821.  Following ordination his bishop sent the young priest to Paris where under the direction of the Sulpicians he received further training in theology and spirituality. Basile Moreau returned to the seminary in Le Mans in 1823 where for thirteen years he taught successively philosophy, dogma and Sacred Scripture.


Foundation of Holy Cross

Endowed with an active and enterprising nature, while still a seminary professor, the young priest sought to respond to the pastoral needs of the time.  In 1835, Basile Moreau formed a group of auxiliary priests who would preach parish missions and retreats throughout the countryside.  That same year, his bishop asked him to assume the direction of a fledgling community of teaching brothers, Brothers of Saint Joseph, founded fifteen years earlier by Father Jacques Dujarié, pastor of Ruillé-sur-Loir.  In Le Mans, in 1837, Basile joined these two groups into a single entity, whose aim was to provide quality education for the youth and to evangelize the people of the surrounding country parishes.  The educational institutions undertaken by the priests and brothers quickly acquired a reputation for excellence that extended beyond the confines of the city of Le Mans.


On August 15, 1840, Basile Moreau professed the vows of religious life along with several of his followers. With the arrival in 1841 of Léocadie Gascoin, who took the name of Mother Mary of the Seven Dolors, he laid the solid foundation for the women’s branch of his congregation, the Marianites of Holy Cross, thus realizing the fulfillment of his plan to establish a community consisting of three distinct societies of priests, brothers and sisters. It was at this time that Basile Moreau added a missionary dimension to his community.  In 1840, a small group of religious was sent to Algeria; the following year another group left for the United States.  In 1847, another group of priests, brothers and sisters went to Canada and in 1853, the congregation was established in East Bengal which is today Bangladesh.  In 1869 the Marianites of Holy Cross in Indiana received their autonomy and became the Congregation of the Sisters of the Holy Cross; in Canada, in 1883 the Marianites in Canada became the branch known as the Congregation of the Sisters of Holy Cross (Soeurs de Sainte-Croix).



Basile Moreau’s Vision

Spirit of union

What Basile Moreau sought most often to instill in his religious was a spirit of union.  He often repeated the statement:  “In union there is strength; dissension leads to ruin.” He desired union not just because of the challenge of three religious societies existing together; he believed that the members of any religious community if it is to survive must imitate the first Christians who had but one heart and one soul.  Following this line of thought, he gave as examples illustrating this spirit of union the Holy Family of Nazareth and the union of the Three Persons in the Trinity.  He wrote in one of his first circular letters:  “Since we form with Him (Jesus Christ) but one body and draw life from the same Spirit, he urges us to remain united among ourselves in Him in order to be one like the branches and the vine, borne by the same root and nourished by the same sap, and forming together but one plant.”  It was for this reason that he consecrated the priests to the Sacred Heart of Jesus, the brothers to Saint Joseph and the sisters to the Heart of Mary, and the entire congregation to Mary under the title of Our Lady of Sorrows.


Divine Providence

In addition to the spirit of union and mutual collaboration, Basile Moreau strove to promote among the priests, brothers and sisters of Holy Cross a firm reliance on divine Providence. Seeing himself as merely a tool in the hands of a provident God, he wrote:  “Holy Cross is not a human work, but God’s very own. …  I beg you to renew yourselves in the spirit of your vocation, which is the spirit of poverty, chastity and obedience … If such is our conduct, we can rely on the help of Providence … Providence never fails to provide for all the necessities of those who abandon themselves to its guidance in accomplishing their duties … The Congregation of Holy Cross is God’s work, and by the very fact that He has not permitted its ruin despite the many terrible attacks of the enemy of all good, he wants it to continue in existence and to develop in even greater proportions.”


Apostolic zeal

Linked to this reliance on Providence, the founder of Holy Cross saw flowing from it the growth among his religious of an apostolic spirit that is best described as a zeal for the mission.  In his book Christian Pedagogy, published in 1856, Father Moreau writes, “By zeal is understood that flame of burning desire which one feels to make God known and served and thus save souls.  Apostolic activity is therefore the essential character of this virtue, and (ministers) who are animated by this virtue will fulfill their duties with eagerness, affection, courage and perseverance … Our zeal is always guided by charity, everything is done with strength and gentleness; strength because we are courageous and unshakable in the midst of pain, difficulty and trials … and with gentleness because we have the tenderness of our Divine Model.”


Ecclesiastical Approbation

It was in 1857 that Basile Moreau attained the height of his career.  That year Pope Pius IX granted official approbation to the men’s congregation.  This special moment was marked by a thanksgiving celebration that took place in the church of Our Lady of Holy Cross.  Ten years later papal approbation was granted to the Marianites of Holy Cross.   This was also the beginning of his greatest period of trial which ended with his resignation as superior general in 1866.


Death of the Founder

Forced by his congregation to live apart from the community, Basile Moreau spent his remaining years preaching retreats with great success in the country parishes surrounding Le Mans.  He was taken ill on January 1, 1873 and died twenty days later in the small house where he had been living with his two sisters.  Mother Mary of the Seven Dolors was with him at the time of his death.  The Marianites of Holy Cross never abandoned him and always remained faithful to him.  


It was not until 1893 that subsequent superiors general strove to revive veneration of Basile Moreau and devotion to his memory.  During this time, the congregations founded by Basile Moreau grew and spread throughout the world.  


Holy Cross Today

Today the men and women of Holy Cross have established and still maintain educational institutions as well as important social and pastoral ministries in France, North and South America, the Caribbean, Africa and Asia.  It is through their commitment to the vowed life, their zeal for the mission and the diversity of ministry that the priests, sisters and brothers of Holy Cross continue to live out the vision of Basile Moreau.  


Beatification

Although his cause for beatification was introduced in the diocese of Le Mans in 1946, it was not until 1994 that the study of the virtues of the founder of Holy Cross was presented to the Vatican Congregation for the Cause of the Saints.  The study was approved and on April 12, 2003, Pope John Paul II declared Basile Moreau’s practice of virtue to be heroic thus bestowing upon the servant of God the title of Venerable.  Two years later, on April 28, 2006, His Holiness, Pope Benedict XVI, authorized the promulgation of the decree regarding the miracle attributed to the intercession of the Venerable Servant of God, Basile Moreau.  On December 7, 2006, the Holy Father authorized the beatification to take place in Le Mans, France on September 15, 2007.


Finally, even if the name of the Congregation of Holy Cross does not spring from the founder’s special devotion to the cross of Christ – Holy Cross (Sainte-Croix) was the name of the Le Mans suburb where the congregation was founded – Father Moreau did not fail to make use of this title when insisting on the role of the cross in the spiritual life of his sons and daughters.  He gave as a motto to his community the verse from the liturgical hymn:  O Crux ave, spes unica!  Hail, O Cross, our only hope.


Charism

The writings and the concept of the congregation that our Founder had  of Holy Cross allow us to define our charism: to renew the Christian faith, to regenerate society, to « bring about better times » by a constant response to the most pressing needs of the Church and Society.



Basile Antoine Moreau (1799 – 1873)


Les débuts

Basile Moreau est né le 11 février 1799 à Laigné-en-Belin, petit village de la Sarthe situé à quelques kilomètres au sud du Mans. Il était le neuvième dans une famille de quatorze enfants dont trois sont morts en bas âge. Ses parents, Louis Moreau et Louise Pioger, étaient cultivateurs. Le père fut aussi marchand de vin.


Le curé de Laigné discerna très tôt chez le jeune garçon les signes d’une vocation particulière et il encouragea ses parents à lui faire entreprendre les études qui le mèneraient à la prêtrise. En 1814, Basile entre donc au collège de Château-Gontier et, en 1817, au Séminaire du Mans. Il est ordonné prêtre le 12 août 1821, à l’âge de 22 ans. L’évêque du Mans l’envoie ensuite à Paris parfaire sa formation en théologie chez les Sulpiciens et s’imprégner de leur spiritualité. Revenu au Mans en 1823, il est nommé professeur au Séminaire : durant treize années il enseignera successivement la philosophie, le dogme et l’Ecriture Sainte.


La fondation de Sainte-Croix

Tout en remplissant sa tâche de formateur, le jeune prêtre, de nature active et entreprenante, cherche à répondre à divers besoins pastoraux. En 1835, il organise un groupe de prêtres auxiliaires pour prêcher des missions et des retraites dans les paroisses. La même année, son évêque lui demande de prendre la direction d’un institut de frères enseignants, les Frères de Saint Joseph, fondé en 1820 par le curé de Ruillé-sur-Loir, Jacques Dujarié. Dans le but d’assurer une collaboration permanente entre les deux groupes, Basile Moreau les unit en 1837 en une seule communauté et leur donne la mission d’éduquer la jeunesse et d’évangéliser les campagnes. L’Association prend naturellement le nom de Sainte-Croix, la localité où elle est implantée. L’établissement d’enseignement dirigé par les frères et les prêtres acquiert rapidement une réputation qui s’étend bien au-delà de la ville du Mans.


Le 15 août 1840, Basile Moreau prononce les vœux de religion. Plusieurs de ses disciples font de même. Le Père Moreau devient ainsi le fondateur et le supérieur général d’une vraie famille religieuse. En même temps, Basile complète la réalisation du projet qu’il avait en tête en adjoignant une branche féminine à l’association des prêtres et des frères. En 1841, la venue à Sainte-Croix de Léocadie Gascoin qui deviendra Mère Marie des Sept-Douleurs assurera une base solide à la communauté des religieuses, les Marianites de Sainte-Croix. En même temps, le Père Moreau donne à l’œuvre de Sainte-Croix une dimension missionnaire. Dès 1840, un petit groupe de religieux est envoyé en Algérie. L’année suivante, un autre groupe part pour les Etats-Unis. En 1847, alors que la communauté est en plein essor en France, les pères, les sœurs et les frères arrivent au Canada. Six ans plus tard, Sainte-Croix prend en charge la Mission du Bengale (aujourd’hui le Bangladesh). Dès 1869, la province des Marianites de l’Indiana acquiert son autonomie et devint la Congrégation des Soeurs de la Sainte-Croix et en 1883 ce sont les Marianites du Canada qui deviennent la branche connue sous le nom des Soeurs de Sainte-Croix.  


La vision du Père Moreau

Esprit d’union

Ce qu’il cherche le plus à inculquer aux membres de cette famille est l’esprit d’union. Il aime à redire « L’union fait la force et la désunion mène à la ruine ». Il désire cette union non seulement parce qu’il a à relever le défi de faire vivre ensemble trois communautés, mais aussi parce que toute congrégation religieuse, si elle veut survivre, doit imiter les premiers chrétiens qui n’avaient « qu’un cœur et qu’une âme ». Dans cette ligne de pensée, il a souvent donné en exemple la sainte famille de Nazareth, reflet sur terre de l’union des trois personnes de la Sainte Trinité. Il écrit dans une de ses premières lettres circulaires : «ne faisant avec lui (Jésus-Christ) qu’un même corps animé du même esprit et vivant de la même vie, il dit que nous devons demeurer unis en lui les uns aux autres de manière à ne faire qu’un, comme les branches attachées au tronc, portées par la même racine et nourries de la même sève, ne font avec lui qu’un seul et même arbre.» Pour cette raison aussi il a consacré les prêtres au Cœur de Jésus, les frères à saint Joseph et les sœurs au Cœur de Marie.


La divine Providence

En plus de l’esprit d’union et de collaboration mutuelle, Basile Moreau a voulu inculquer chez les prêtres, frères et sœurs de Sainte-Croix, une ferme confiance en la divine Providence. Se voyant comme un simple instrument dans les mains de la divine Providence, il écrit : « L’œuvre de Sainte-Croix n’est pas l’œuvre de l’homme mais bien l’œuvre de Dieu même.  … Voilà pourquoi je vous conjure de vous renouveler dans l’esprit de votre vocation, qui est un esprit de pauvreté, de chasteté et d’obéissance … Avec cela nous pourrons compter sur la providence … Car elle se charge de pourvoir à toutes les nécessités de ceux (celles) qui s’abandonnent à sa conduite en accomplissant tous leurs devoirs …L’œuvre de Sainte-Croix est son œuvre, et par la même qu’elle n’a pas permis sa ruine malgré les coups terribles que lui a portés l’ennemi de  tout bien, elle veut qu’elle subsiste et se développe de plus en plus. »


Le zèle apostolique

Lié à cette confiance en la Providence, le fondateur de Sainte-Croix voit se développer parmi ses religieux et religieuses un esprit apostolique et un zèle pour la mission.  Dans son livre, Pédagogie chrétienne, publié en 1856, le Père Moreau écrit: « On entend ici par zèle cette flamme d’ardent désir qu’on éprouve de faire connaître, aimer et servir Dieu et par là de sauver des âmes.  L’activité est donc le caractère propre de cette vertu, et tout (apôtre) qui en est animé remplit les devoirs de son état avec autant d’empressement et d’affection que de courage et de persévérance … Son zèle est toujours guidé par la charité ; il fait tout avec force et douceur ; avec force parce qu’il est courageux et inébranlable au milieu des peines, des difficultés, des épreuves … avec douceur parce qu’il est tendre et compatissant comme son divin modèle. »


L’approbation ecclésiale

L’année 1857 est un sommet dans la vie et dans l’œuvre du Père Moreau : le pape Pie IX approuve officiellement la congrégation de Sainte-Croix, du moins celle des pères et des frères, car la congrégation des Marianites de Sainte-Croix ne recevra l’approbation romaine que dix ans plus tard. A cette occasion, une grande célébration d’action de grâces se déroule dans l’église Notre-Dame de Sainte-Croix.


Le décès du Fondateur

Mais commence une douloureuse période pour le fondateur. Dissensions à l’intérieur de la congrégation, graves déboires financiers, accusations de mauvaises administrations, l’amènent à offrir sa démission de supérieur général au chapitre général de 1860 qui la refuse. Ce n’est qu’en 1866, après une aggravation des difficultés et des injustices commises à son endroit que sa démission sera acceptée par le pape.


Rejeté par la communauté qu’il avait fondée, le Père Moreau se retire, avec deux de ses sœurs, dans une petite maison qui lui appartenait, tout à côté de l’Institution de Sainte-Croix. Il passe ses dernières années à donner des prédications dans les paroisses des environs du Mans. Il tombe malade le 1er janvier 1873 et meurt vingt jours plus tard. Mère Marie des Sept Douleurs est avec lui pendant ses dernières heures, témoignant de la fidélité des sœurs. La communauté des Marianites, leur aumônier, quelques religieux, des membres du clergé diocésain et quelques amis assistent aux funérailles du Père Moreau et à son inhumation dans le cimetière de la communauté.


Ce  n’est que 20 ans après sa mort que les supérieurs généraux cherchèrent à ranimer la vénération de Basile Moreau et à susciter une dévotion à sa mémoire. Cependant, les congrégations fondées par lui continuaient à se développer et à s’étendre partout dans le monde.


Sainte-Croix aujourd’hui

Aujourd’hui les religieux et les religieuses de Sainte-Croix oeuvrent comme éducateurs de la foi dans des écoles et des universités ainsi que dans des ministères importants comme la pastorale et les services sociaux. Sainte-Croix est présent en France, dans les Amériques, en Afrique et en Asie. C’est par leur engagement dans la vie consacrée, leur zèle pour la mission et la diversité des engagements apostoliques, que les prêtres, frères et sœurs de Sainte-Croix continuent de réaliser la vision du Père Basile Moreau.  


La béatification

La cause de béatification du Père Basile Moreau introduite dans le diocèse du Mans en 1948 ne fut présentée à Rome à la Congrégation pour la Cause des Saints qu’en 1994. Le 12 avril 2003, le pape Jean-Paul II a reconnu la pratique héroïque des vertus de Basile Moreau et lui a donné le titre de Vénérable.  Deux ans plus tard, le 28 avril 2006, Sa Sainteté, Pape Benoît XVI, a autorisé la promulgation du décret du miracle attribué à l’intercession du vénérable serviteur de Dieu, Basile Moreau.


Même si le nom de Congrégation de Sainte-Croix ne venait pas d’une dévotion spéciale du Père Moreau pour la croix du Christ, la croix fut bien présente dans sa vie et il n’a pas manqué d’utiliser cette appellation pour insister sur le rôle de la croix dans la vie spirituelle de ses fils et ses filles. Il a même donné comme devise à sa communauté ce verset d’une hymne liturgique : Salut, ô croix, notre unique espérance.


Charisme

Les écrits et la conception du Fondateur vis-à-vis la congrégation qu’il fondait permettent de définir le charisme de Sainte-Croix, soit celui de renouveler la foi chrétienne, de régénérer la société, de faire advenir des temps meilleurs, en réponse aux besoins pressants de l’Église et de la société.